Les Misérables: beaucoup de chansons pour peu d’émotion

les-miserables-affiche-50b3849539fc3
Toujours prête à voir des blockbusters américains, je l’avoue, friande d’adaptations cinématographiques de chef-d’oeuvres, le cocktail était parfait pour aller voir Les Misérables de Tom Hopper, le réalisateur du sublime (je pèse mes mots) Le Discours d’un roi. Adaptation de la comédie musicale, il fallait s’attendre à…beaucoup de chansons. Rien n’est plus difficile, il me semble, de communiquer des émotions simples à l’aide de chansons mélodramatiques et d’acteurs forçant sur leurs traits pour éveiller quelque peu la catharsis de leurs spectateurs. Résumé un peu dur, j’en conviens, car j’ai tout de même passé un bon moment. Tout cela pour dire que la justesse et la simplicité sont des éléments primordiaux pour retranscrire un récit dramatique.
Explication.
L’intensité voulue des chansons ne prend pas. Il n’y à rien à faire, une COMEDIE musicale est avant tout une comédie. L’horreur de la nature profonde des Thénardier, décortiquée par l’écriture de Victor Hugo, est transformée en spectacle burlesque, au demeurant, très drôle et sacré performance d’Helena Bonham Carter et de son acolyte, Sacha Baron Cohen. La pauvreté, la saleté, la dureté, la méchanceté, la rugosité de cette vie que dépeint l’écrivain sont à chaque fois balayés par l’élan et le souffle qu’apportent les chants. Fantine, « descendue aux enfers », dans l’horreur de l’indignité, misérable parmi les misérables, est étrangement entourée de danseuses qui m’ont fait l’effet d’une scène de « Moulin Rouge ». Gavroche, tué, une des plus célèbres parties du récit de Hugo, l’émotion ne prend pas. Pas assez de silence pour endurer la souffrance, trop de chansons qui renouent avec la vie.
Seule interprétation qui change la donne et qui m’a émue aux larmes: celle de Hugh Jackman. Je n’en reviens pas moi-même, donnant peu de crédit à un ancien Wolwerine, beau gosse de sucroît. Selon moi, seul le calvaire de Jean Valjean est enduré par le spectateur grâce à l’interprétation parfaite de Hugh Jackman. Une bonne partie de l’intensité dramatique du film repose sur sa performance époustouflante de justesse et de simplicité. On y retrouve la délicatesse de l’écriture de Victor Hugo, loin des gros outillages des comédies musicales Hollywoodiennes. C’est cela, délicat, endurant lui-même les tourments de son personnage avec des transformations physiques (maquillages superbes) parfaitement maîtrisées: un Jean Valjean aussi crédible en forçat haineux qu’en bon M. Madeleine ou en vieillard béni. C’est véritablement lui qui porte le film, il faut dire qu’il en est le personnage principal mais ce n’était pas tâche facile tant la mise en scène est statique, filmant au plus près les acteurs. Il vient d’ailleurs de gagner le Golden Globes du Meilleur acteur dans une comédie musicale.
Tout ça, ça me donne envie de revoir la série française (1) avec Gérard Depardieu dans le rôle-titre et l’inégalable John Malkovich dans le rôle de l’inépuisable inspecteur  Javert. Et, bien sûr, de relire le chef-d’oeuvre de Victor Hugo car rien de tel que la littérature pour décomposer les profondeurs de l’âme humaine et nous faire frissonner d’horreur, de désir ou de bonheur.
(1) http://www.allocine.fr/series/ficheserie_gen_cserie=2967.html

Jean Valjean – Numéro 24601

les-miserables-movie-image-hugh-jackman

Jean Valjean en bon M. Madeleine (très craquant aussi – Chut c’est la midinette qui parle!)

les_miserables_hugh_jackman_a_p

 

Comments
One Response to “Les Misérables: beaucoup de chansons pour peu d’émotion”
  1. Marion dit :

    Je suis vraiment d’accord pour Fantine et les danseuses du Moulin Rouge ! très bel article !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :