Pamphlet en faveur de la Mode

Voici un pamphlet très spontané en faveur de la créativité, de l’exubérance et de la liberté de rêver!
Voici un pamphlet en faveur de la MODE, cette belle muse que l’on devrait chérir en temps de crise plutôt que de la dévêtir. Une muse qui porte en elle les fruits du renouveau. Au croisement de tous les arts, elle stimule nos sens, attise nos désirs et nous fait vivre par la création elle-même, sublime renaissance !
Rien ne doit détourner l’homme du désir pour pouvoir vivre. Mais que lui reste-t-il à l’heure qu’il est ?
Le monde ne tourne aujourd’hui qu’autour d’un regard morose sur l’avenir: crise économique, conflits inter-religieux, crise de l’autorité, violences urbaines, incapacité politique.
Nos mondes personnels se voient constamment menacés: chômage, rupture(s), dépression, angoisses existentielles.
Nos petits mondes s’auto-entretiennent dans un climat de désespérance sociale et économique. On ne compte plus le nombre de nos amis chômeurs et de ceux qui vivent toujours chez leurs parents faute de pouvoir se payer un toit.
Quand on se prend à rêver, on est rappelés à l’ordre. En ces temps de crise, l’attitude sombre est de mise. Ce serait indécent de rêver tout fort.
Comme la mode en est accusée depuis quelques années. Trop d’étalage de beauté, de luxe, de raffiné. Trop de bien-être, de bonne santé, de créativité.
Trop déconnectée du monde « réel », de la « vraie vie », des « vrais gens ».
Et pourtant.
Et pourtant, si stimulante, si étonnante, si endurante.
Cyclique, défilés de saison en saison, elle nous laisse haletants et nous retrouve ébahis devant tant de nouveautés.
Décriée, elle se terre chenille pour laisser passer le vent et se réveille papillon, conquérante, défiant les vents contraires. Que dire d’autre en voyant ces jeunes créateurs resscusciter des griffes endormies et malmenées.
« Avec l’intronisation de figures discrètes aux postes clés, une ère se clôt. Celle des stylistes surmédiatisés, adulés et capricieux comme des rock stars qui privilégient les effets de manche, la théâtralité exacerbée en oubliant la réalité »[1]
Le timide et ultraperfectionniste Heidi Slimane chez Yves Saint Laurent, le très discret et surdoué Raf Simons chez Dior sont la preuve d’une révolution fabuleuse et prolifique du monde de la mode. « (…) De(s) directeurs artistiques imaginatifs mais pragmatiques,(…) mais capables de dessiner une tenue qui se remarque ».[2]
Ils ont tout compris : garder la démesure, le luxe de la création, la folie des rêves faits vêtements tout en étant ces êtres droits, équilibrés, discrets.
Ils ont ramené la vie. « Ils ont le sens de la vie et pas que le sens de la mode. C’est en cela qu’ils sont modernes. Parce que la mode, c’est la vie ! » s’exclame Jean-Jacques Picart, le dénicheur de talents.[3]
Vous voyez il est possible de rêver désormais. La mode est consciente de la vie car elle est la vie. Alors ne vous laissez pas prendre dans des filets de bien-pensance castratrice. Redécouvrez le monde de la mode, il vous ouvrira des portes insoupçonnées : celle de l’inspiration, celle du désir, celle de la vie !
Et adoptez bien vite cette citation de Flaubert pour reprendre goût à la vie en ces temps d’une crise que l’on nous martèle :
« Soyez minutieux et discipliné dans la vie. Vous pourrez vous montrer violent et passionné dans votre oeuvre”
Avec passion,
Claire

[1] Spécial Mode Le Point du jeudi 20 septembre 2012 p. 149

[2] Spécial Mode Le Point du jeudi 20 septembre 2012 p. 149

[3] Spécial Mode Le Point du jeudi 20 septembre 2012 p. 150

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :